Sébastien Méric
2022-08-01

Comme nous avons pu le constater ces deux dernières années, le télétravail est la réponse à toutes sortes de situations. Que ce soit pour freiner une épidémie, lutter contre le réchauffement climatique grâce à la réduction des déplacements, ou encore protéger les salariés en cas de fortes chaleurs, la mise en place du télétravail s’avère indispensable. La tentation de maximiser l’utilisation d’outils de collaboration est grande, mais les risques sont aussi élevés pour l’entreprise.

Télétravail en mode hybride : des participants dans la confusion

Alors que le travail en mode hybride, mêlant présentiel et distanciel, devient la nouvelle norme en entreprise avec deux jours par semaine à distance en moyenne (selon le Boston Consulting Group et l’Association Nationale des Directeurs des Ressources Humaines), un phénomène mérite notre attention.

Une étude menée par Sharp auprès de plus de 6 000 employés de PME à travers l’Europe, publiée en mars dernier, révèle que 47 % des participants aux réunions hybrides déplorent la multiplication des solutions de visioconférence dans les entreprises. Ils considèrent même l’emploi de ces différentes plateformes dédiées comme une source de confusion.

Un ras-le-bol des collaborateurs

La transformation rapide et transversale des entreprises entraîne une réelle difficulté d’assimilation dans les organisations. Ainsi, il n’est pas rare d’assister à une mauvaise utilisation des outils de collaboration voire à l’usage de solutions externes et non autorisées, mettant en danger toute l’organisation. La démarche est parfois volontaire de la part des salariés, du fait d’un défaut de performance, de rapidité et de simplicité des outils proposés en interne ou parce qu’aucune directive claire n’a été communiquée.

lire l’article